Pas de match à domicile pour les nazis ! Courage contre la droite !

08.03.2009, blocage du manif national-socialiste, 14 Uhr, dans la ville haute (Oberstadt) de Berthoud, Suisse

JPEG - 250.7 ko

Le 8 mars 2009, un cabinet d’horreur voudrait, avec l’aval des autorités, traverser Berthoud : les néonazis du PSN (Parti des Suisses nationalistes, PNOS en allemand) veulent manifester pour l’abolition d’une norme pénale qu’ils violent régulièrement : la loi antiraciste.

La petite ville de Berthoud n’arrive pas à se défaire de sa réputation d’être un haut-lieu de l’extrême-droite : attaques violentes, concerts nazis, défilés commémoratifs, rencontres (de coordination) dans leur local – la liste des incidents est effrayablement longue. Maintenant, le parti des Suisses nationalistes (PSN) – dont les membres habitant dans la région comptent parmi les plus actifs – veut ajouter un chapitre de plus au récit d’horreur : sous le slogan « Pour la liberté d’expression – abolir la loi antiraciste ! », un défilé dans la ville haute (Oberstadt) est censé avoir lieu le dimanche 8 mars de 14h à 16h.

Raciste, xénophobe, antisémite

Plusieurs personnes du milieu du PSN sont effectivement, comme l’a dit le hammerskin et chef régional Markus Martig dans la « Berner Zeitung » du 27 février, « concernées par la loi antiraciste » - et ont également bien d’autres entrées dans leurs casiers.

Quelques exemples : Denise Friedrich (membre du comité du PSN) et Michael Haldimann (ancien membre du comité du PSN), qui vivent les deux en tant que couple à Berthoud, viennent d’être condamnés par le tribunal municipal (Bezirksgericht) d’Aarau pour violation de la norme pénale antiraciste : le parti avait publié sur son site web un programme qui ressemblait fortement au programme en 25 points du NSDAP (Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei – Parti ouvrier allemand nationalsocialiste) et commercialisé un calendrier raciste avec une caricature antisémite.

Le hammerskin de longue date et leader de la communauté païenne Avalon Adrian Segessenmann, qui vit aujourd’hui à Kirchberg à côté de Berthoud et qui publie de temps à autre des articles dans le journal du parti « Zeitgeist », s’est également déjà retrouvé en conflit avec la norme pénale antiraciste : il organisa en 1999 une conférence sur la « Waffen-SS » ayant donné lieu au Tribunal fédéral de redéfinir la notion de « public : tout est public n’ayant pas lieu dans un cadre privé.

Les frères Alex et Cédric Rohrbach de Berthoud, les deux musiciens du groupe rock nazi « Indiziert » et proche du PSN, durent affronter des ennuis en Allemagne à cause de leur 1er album « Eidgenössischer Widerstand » (« Résistance confédérale ») : le cd fut mis sur l’index par l’office fédéral pour les médias mettant en danger la jeunesse, il ne doit plus être promu ou commercialisé sur Internet.

La liberté d’expression des antidémocrates

Avec l’autorisation des autorités, un parti d’extrême-droite, qui promeut une vision du monde profondément antidémocratique et raciste et un système de gouvernement autoritaire qui donnent des coups de bottes Springer au droits de l’homme. La banalisation et la tolérance des activités de l’extrême-droite depuis des années et des actions molles d’ordre plutôt publicitaire à la « Courage » (association contre « la violence de droite et de gauche », note du traducteur) ont fait en sorte que Berthoud est et sera toujours la scène pour des activités de l’extrême-droite. Une chose est déjà claire : dans le public (médiatique), la ville ne parviendra pas à se défaire de sa réputation de ville néonazie. Les restrictions imposées au PSN n’aident guère : pas de publicité sur Internet, manif un dimanche après-midi dans une ville haute (Oberstadt) complètement déserte.

Montrons du courage et dérangeons le défilé néonazi. Manifestons notre résistance contre l’extrême-droite de manière diverse : concerts de bruit, rassemblements, banderoles, blocages.

Rendez-vous le 8 mars à 14h dans la ville haute (Oberstadt) de Berthoud.

Agrg, Antifa Bern, Antifa Oberland, Antifa Oberwallis, Autonome Antifa Freiburg im Breisgau, Autonome Gruppen Oberland, Bündnis alle gegen Rechts, Libertäres Antifaschistisches Kollektiv Thun, Repro, Anarchistische Aktion Bern, Direct Raption, Revolutionäre Jugend Zürich, Revolutionäres Bündnis Region Zürich, Rote Hilfe (Revolutionärer Aufbau), Revolutionärer Aufbau Winterthur, Villa Rosenau
3 mars 2009

Toutes les versions de cet article : [Deutsch] [français]